Les rites funéraires musulmans

Les traditions à suivre pour les funéraires musulmans

L’Islam est l’une des trois plus grandes religions monothéistes aux côtés de la religion juive et chrétienne. Dans les us,l’enterrement musulman est considéré comme un passage car selon les croyances des pratiquants, l’âme du défunt resterait encore 40 jours sur terre avant de passer dans l’au-delà. C’est pendant ces moments que l’on organise alors des funérailles en accord avec les volontés du défunt ou bien de ses proches. La cérémonie de deuil doit suivre des rituelles particulières aussi bien dans la mosquée qu’au cimetière. Une pompe funèbre musulmane du 91 peut prendre en main l’organisation de tout l’évènement.

Délai d’inhumation

Dans un pays islamique, l’inhumation doit être faite dans les 24 heures suivant le décès. Elle est obligatoirement à réaliser  avant le coucher du soleil si le décès a eu lieu le matin. Dans le cas où la personne a quitté la terre le soir, il est à faire le lendemain. En général, l’enterrement musulman reste simpliste et sobre et il se passe sans veillée funéraire. Au jour de l’inhumation, tous les hommes doivent assister au cortège.

Dans les pays occidentaux notamment en France, les délais d’inhumation sont formellement plus longs puisque les démarches administratives sont plus complexes. Si la famille souhaite faire un rapatriement du corps du défunt, tout dépend des vols. Dans le cas où les musulmans décident de faire l’inhumation en France, elle devra être réalisée dans un carré musulman et cela dans les plus brefs délais.

Il faut également noter que l’usage de cercueils est exigé en France et dans divers autres pays occidentaux pour des raisons d’ordre sanitaire. Il est alors possible de faire appel à une pompe funèbre musulmane du 91 pour en trouver un qui répond aux besoins.

La toilette mortuaire

Une rituelle particulière doit être respectée pour la toilette funéraire musulmane. Seulement quatre personnes du même sexe que le défunt sont autorisées à la faire. La quatrième personne pourrait être le veuf ou bien la veuve si la personne a été mariée. Cette opération doit être réalisée par les proches de la personne défunte. Elles lavent le corps avec de l’eau comme dans n’importe quelle tradition. Désormais, il est aussi possible de confier cette tâche à un professionnel comme la pompe funèbre musulmane du 91. Cependant, il faut que ces experts dans le domaine soient musulmans pratiquant.

L’objectif du toilettage est de purifier le corps du défunt avant son passage dans l’au-delà. Elle est faite de manière très minutieuse.

Les yeux du défunt ainsi que sa mâchoire doivent être maintenus fermés. La tête de la personne doit être tournée vers la Mecque quel que soit l’endroit où la toilette est faite. Elle doit être lavée à l’eau trois fois avant d’être essuyée. Elle est ensuite enveloppée dans un nombre impair de tissu blanc (habituellement trois pièces d’étoffe blanche sans couture). Les membres supérieurs sont, soit croisés sur la poitrine, soit placés le long du corps avec les paumes tournées vers le haut.

La mise à terre du défunt

En ce qui concerne le transport du corps, il doit être transporté aux épaules dans un cercueil jusqu’au cimetière. Là encore, les quatre personnes qui le portent peuvent être des proches ou bien des employés d’une pompe funèbre musulmane du 91e.

Les personnes musulmanes qui croisent le cortège en route doivent le suivre jusqu’au cimetière. Des prières sont d’abord faites avant la mise à terre du défunt. Divers versets du coran sont cités. Le rituel est dirigé par un imam. Avec les croyants, ils psalmodient la Salat Al-Janaza. Il s’agit d’une sorte de prière destinée particulièrement pour l’enterrement. Elle est rythmée par des takbir et comprend une Fatiha. Cette dernière est la sourate d’ouverture du Coran, constituée de sept versets. Une invocation est également faite.

Pour la mise à terre proprement dite, elle commence par l’installation de la dépouille. Le corps doit être tourné légèrement sur son flanc droit avec le visage orienté vers la Mecque. En signe d’affection et de dernier adieu, les personnes présentes adressent des pelletées ou des poignées de sable au défunt. Le cercueil contenant le corps est ensuite recouverte de terre puis surplombée d’une simple dalle. Sur le monument funéraire ou la pierre tombale qui reste généralement simple et sobre, il est possible de mettre des petites décorations comme un verset du Coran. On peut confier la confection de ces éléments à une pompe funèbre musulmane du 91e.

Ce qu’on doit savoir sur le rituel musulman

Comme les femmes sont plus émotives et plus sensibles, elles ne sont pas autorisées à assister à l’inhumation musulmane. Il s’agit donc en quelque sorte d’un règlement protecteur vis-à-vis de la gent féminine. Elles restent donc en retrait pendant la mise à terre du corps. Néanmoins, elles portent généralement des tenues sobres pendant le jour de l’enterrement pour montrer leur deuil. Une fois que l’enterrement soit fait, elles peuvent rejoindre les hommes et se recueillir.

Dans les rites funéraires musulmans traditionnels, il est interdit de faire une thanatopraxie, une crémation ou encore un don d’organes. Selon un verset du Coran, il y a même une précision disant qu’aucune atteinte à l’œuvre de Dieu ne doit être exécutée. Le personnel d’une pompe funèbre musulmane du 91e peut donner plus d’informations à ces propos.

Selon la tradition musulmane, offrir des fleurs aux proches du défunt est également interdit. Cependant, les prières restent plus importantes. La période de condoléances quant à elle ne doit pas excéder les trois jours après l’enterrement. Pendant ce délai, les connaissances, amis et familles viennent témoigner leur peine aux proches. Ils peuvent apporter des nourritures, etc.

Divers articles de loi doivent être respectés concernant l’enterrement. Outre le délai entre la mort et les funérailles, il y a aussi les éléments comme les linceuls, le cercueil, la sépulture, etc. qui doivent correspondre aux règlements mis en vigueur relatifs au sanitaire. Les paperasses doivent également être réalisées le plutôt possible après la mort de la personne que le corps soit à enterrer en France ou bien à rapatrier dans son pays d’origine.

Vous aimez alors partagez